Lexposition sur Anne Frank se déplace à Halifax

first_imgEnviron 11 000 personnes, dont plus de 8 000 élèves, se sont rendues à Victoria Park, à Sydney, au cours du dernier mois afin visiter une exposition qui reflète les horreurs de la haine et de la discrimination. La Commission des droits de la personne de la Nouvelle-Écosse a terminé la présentation au Cap-Breton de l’exposition Le monde d’Anne Frank : 1929 à 1945 le dimanche 15 octobre. Cette exposition, qui est prêtée par le Anne Frank Center de New York, a été déplacée à Halifax, où elle sera présentée à compter d’aujourd’hui 24 octobre au Musée d’histoire naturelle de la Nouvelle-Écosse. « Nous sommes très heureux de la participation à Sydney », a déclaré Michael Noonan, directeur général par intérim de la Commission des droits de la personne. « Cinquante-huit écoles du Cap-Breton ont profité de cette occasion pour explorer les récits d’Anne, les photos historiques des années 1929 à 1945, ainsi que les panneaux que la Commission a préparés spécialement pour cette exposition en Nouvelle-Écosse. Nous avons maintenant hâte de partager ces messages importants avec les gens des autres régions de la Nouvelle-Écosse. » Anne Frank avait 13 ans lorsqu’elle et sept autres Juifs se sont cachés dans une annexe secrète située au-dessus du bureau de son père à Amsterdam pendant la Seconde Guerre mondiale. Son journal, découvert après l’incursion des autorités allemandes, raconte en détail les deux années passées par le groupe dans cet espace restreint. Cette exposition itinérante a été élaborée en son honneur par la Anne Frank Foundation d’Amsterdam et est commanditée, aux États-Unis et au Canada, par le Anne Frank Center USA, Inc., situé à New York. « Il s’agit d’une représentation puissante de l’impact du préjudice, de la discrimination et du génocide. Certaines parties du contenu peuvent être considérées explicites, et c’est pourquoi le contexte est si important », affirme M. Noonan. « Mais l’exposition représente également l’espoir et est un témoignage de la responsabilité personnelle de chacun et chacune pour s’assurer que la haine ne diminue pas nos communautés. » Janet Maltby, directrice du Musée d’histoire naturelle de la Nouvelle-Écosse, a souligné que de nombreux groupes scolaires d’autres régions de la province prévoient déjà un voyage à Halifax. « Les visites scolaires permettent aux élèves et aux enseignants de vraiment explorer les questions complexes des droits de la personne et d’en discuter », soutient Mme Maltby. Toutefois, les élèves ne seront pas les seuls à pouvoir réfléchir aux répercussions modernes des enjeux sempiternels. « Le Musée, en partenariat avec l’Atlantic Jewish Council, organisera également une série de conférences les mercredis soirs en novembre, conjointement avec cette exposition », a souligné Mme Maltby. « Cette importante série de présentations, de lectures et de présentations de films offrira aux visiteurs du musée l’occasion de réfléchir aux enjeux présentés dans l’exposition. » « Il s’agit de l’occasion idéale pour les Néo-Écossais et Néo-Écossaises de comprendre le rôle important que chacun d’entre nous joue afin de rendre notre monde encore meilleur », a déclaré Jim Spatz, président de Southwest Properties, commanditaire de l’exposition à Halifax. « Southwest Properties est très heureuse de pouvoir apporter cette histoire en Nouvelle-Écosse et de participer à la promotion de discussions sur les droits de la personne. » L’exposition Le monde d’Anne Frank : 1929 à 1945, sera présentée au Musée d’histoire naturelle de la Nouvelle-Écosse jusqu’au 28 janvier 2007. Pour plus d’information sur l’exposition, consultez le site www.gov.ns.ca/humanrights/annefrank. Pour plus d’information sur tous les événements qui ont lieu au musée, consultez le site http://museum.gov.ns.ca/mnh .last_img read more